Tag Archives: résolution de problème

L’origine de l’apprentissage

apprentissage dans évolution humaine

“On est ici pour apprendre”. Voilà ce qu’un de mes amis lance quand il fait une rechute et commet une gaffe qui sent l’alcool (ne vous inquiétez pas; il ne lit pas ce blog).

Cette remarque m’a toujours intrigué. Qu’est-ce qu’on doit apprendre au juste et dans quel but? Mais quand on s’y arrête, son affirmation recèle une autre signification. Peut-être qu’il veut dire qu’apprendre est un but en soi, qu’on vient au monde pour apprendre.

Selon plusieurs neurologues, une telle conception colle exactement à la réalité. Le cerveau humain nous arrive avec un degré de flexibilité qui pousse à l’apprentissage.

Tout être vivant suit son code génétique. Par exemple, les papillons de nuit sont attirés par les flammes parce qu’ils sont programmés pour se déplacer à la lumière de la lune; ils sont incapables de changer selon leur expérience.

Mais quelques espèces sont arrivées à se détacher de leur programmation et à se fier leur expérience pour survivre et se reproduire. On peut dire que l’apprentissage est né le jour où un organisme est parvenu à passer outre les instructions instinctives de son ADN afin de réagir à son environnement à pied levé.

Comment les humains sont-ils devenus des apprenants experts?

Essentiellement en naissant prématurément, avant que leur cerveau ne soit prêt. Comme l’explique le docteur Medina, si le cerveau complétait son développement à l’intérieur du ventre maternel comme prévu, la tête du bébé serait trop grosse.

Donc, on est une espèce d’apprenants top niveau parce nos neurones, au lieu de ralentir, continuent de se multiplier follement après la naissance. Saviez-vous que le cerveau d’un enfant de trois ans est deux fois plus actif que celui d’un adulte normal?

Tout compte fait, mon copain a parfaitement raison. Nous sommes biologiquement construits pour apprendre. Le cerveau a la chance incroyable de pouvoir tester son environnement pendant qu’il est assez malléable pour s’adapter. Cette souplesse cérébrale nous permet de cartographier le monde en temps réel et de s’ajuster aux circonstances sur-le-champ.

Savoir détecter les opportunités et dangers et s’adapter en conséquence, n’est-ce pas la meilleure définition d’un-e apprenant-e top niveau?