Tag Archives: intelligence

Les deux grandes théories de l’évolution du cerveau

brain evolution

Les fossiles (volume crânien) et l’archéologie (outils) montrent clairement une évolution des capacités cognitives de notre espèce.

Mais, quand on y pense, notre niveau d’intelligence actuel est loin d’être nécessaire à la survie. Les chasseurs-cueilleurs pouvaient facilement se débrouiller sans abstraction, raisonnement et langage même.

Alors, d’où vient l’intelligence humaine? Pourquoi notre cerveau a-t-il triplé de volume au cours de notre parcours?

Deux principales raisons peuvent expliquer cette expansion cérébrale spectaculaire. Autrement dit, les humains ont augmenté leur volume cérébral pour pouvoir mieux faire face à l’un des deux éléments suivants ou une combinaison des deux :

  1. L’environnement physique
  2. Les autres êtres humains

Et cette situation a donné lieu à deux ensembles d’hypothèses, c’est-à-dire

  1. Les théories écologiques
  2. Les théories sociales

Les théories écologiques tentent de monter qu’apprendre à maîtriser l’environnement a graduellement forcé l’intelligence humaine à évoluer. Sans entrer dans les théories spécifiques, voici quatre facteurs qui peuvent avoir jouer un rôle dans cette expansion.

  1. La nourriture : Une corrélation existe entre la qualité du régime et la taille du cerveau chez les primates.
  2. Le ravitaillement : L’augmentation des sources d’approvisionnement a exigé une meilleure mémoire.
  3. La bipédie : L’utilisation des outils a sollicité de plus grandes capacités cognitives.
  4. Le climat : Les défis liés aux changements climatiques ont exigé une meilleure capacité à résoudre les problèmes.

Le problème avec les théories écologiques, c’est que ces facteurs ne sont pas spécifiques aux humains, ce qui peut expliquer pourquoi les théories sociales sont devenues plus populaires.

Les adeptes des théories sociales, de leur côté, soutiennent que les regroupements sociaux complexes ont été l’élément déclencheur du développement cognitif de notre espèce. Ici encore, au lieu de passer en revue les différentes théories, regardons trois facteurs importants (et interdépendants).

  1. La complexité sociale : La grande variété de règles sociales complexes a requis des habiletés cognitives élevées.
  2. La sélection sexuelle : Le choix de partenaires intelligents a créé une boucle de rétroaction positive.
  3. La langue : Un système de symboles élaboré favorise la conceptualisation et la capacité à faire des inférences.

Actuellement, le modèle prédominant expliquant l’émergence de l’intelligence humaine est la théorie de la domination écologique et de la compétition sociale (EDSC), qui est une combinaison de théories écologiques et sociales.

En résumé, ce modèle avance qu’une croissance initiale de l’intelligence a été suffisante pour vaincre les pressions de l’environnement, ce qui a entrainé une augmentation de la population. Cette situation, à son tour, a obligé les humains à se faire concurrence et à collaborer, ce qui donné lieu à une expansion du cerveau et de l’intelligence.

Les humains seraient donc devenus des apprenants top niveau grâce à la collaboration et la compétition.

On peut ici dresser un parallèle intéressant avec les travailleurs du savoir, dont le succès découle souvent d’un niveau élevé d’intelligence émotionnelle.

Vous voulez être un apprenant top niveau? Repérez où vous êtes stupide

définition de stupidité

“C’était stupide de ma part!” Si vous ne vous dites pas ça au moins une fois par semaine, vous êtes moins intelligent que vous pourriez l’être.

Et moi, quand est-ce que je me sens stupide?

Toutes les fois que je ne fonctionne pas de façon optimale. Soit par manque d’organisation, de réflexion ou de créativité.

C’est un lieu commun de dire qu’on apprend de ses erreurs, mais ici c’est différent. La plupart des gens ne décèlent même pas leur stupidité et quand ils le font, ils se dépêchent à la balayer sous le tapis.

C’est quoi exactement la stupidité?

Einstein n’aurait pu mieux dire lorsqu’il l’a définie comme le fait de faire la même chose à répétition et d’espérer un résultat différent. Lorsqu’on agit stupidement, ça ne veut donc pas dire qu’on est faible un niveau du QI, mais plutôt qu’on n’apprend pas de son expérience (oui, je suis adepte de la théorie incrémentielle).

La stupidité, c’est une incapacité à changer, à s’adapter.

Comme l’explique le paléoanthropologue Rick Potts, ce qui nous a amené des cavernes à la technologie spatiale, c’est cette capacité croissante de nous adapter à la variation elle-même. Autrement dit, on est devenu de plus en plus allergique à l’inflexibilité (lisez: stupidité).

Se sentir stupide, c’est un signal.

N’ayez pas peur de dépister votre propre stupidité et saluez le sentiment désagréable que ça crée comme si c’était un messager impétueux. La réceptivité (conscience de soi) est en effet la condition préalable de tout apprentissage.

Donc, toutes les fois que vous n’agissez pas intelligemment, n’hochez pas la tête en signe d’incrédulité pour ensuite vous dépêcher à l’oublier. À la place, saisissez cette info et rectifiez le tir. Il s’agit là de l’alpha et l’oméga de l’apprentissage.

L’origine de l’apprentissage

apprentissage dans évolution humaine

“On est ici pour apprendre”. Voilà ce qu’un de mes amis lance quand il fait une rechute et commet une gaffe qui sent l’alcool (ne vous inquiétez pas; il ne lit pas ce blog).

Cette remarque m’a toujours intrigué. Qu’est-ce qu’on doit apprendre au juste et dans quel but? Mais quand on s’y arrête, son affirmation recèle une autre signification. Peut-être qu’il veut dire qu’apprendre est un but en soi, qu’on vient au monde pour apprendre.

Selon plusieurs neurologues, une telle conception colle exactement à la réalité. Le cerveau humain nous arrive avec un degré de flexibilité qui pousse à l’apprentissage.

Tout être vivant suit son code génétique. Par exemple, les papillons de nuit sont attirés par les flammes parce qu’ils sont programmés pour se déplacer à la lumière de la lune; ils sont incapables de changer selon leur expérience.

Mais quelques espèces sont arrivées à se détacher de leur programmation et à se fier leur expérience pour survivre et se reproduire. On peut dire que l’apprentissage est né le jour où un organisme est parvenu à passer outre les instructions instinctives de son ADN afin de réagir à son environnement à pied levé.

Comment les humains sont-ils devenus des apprenants experts?

Essentiellement en naissant prématurément, avant que leur cerveau ne soit prêt. Comme l’explique le docteur Medina, si le cerveau complétait son développement à l’intérieur du ventre maternel comme prévu, la tête du bébé serait trop grosse.

Donc, on est une espèce d’apprenants top niveau parce nos neurones, au lieu de ralentir, continuent de se multiplier follement après la naissance. Saviez-vous que le cerveau d’un enfant de trois ans est deux fois plus actif que celui d’un adulte normal?

Tout compte fait, mon copain a parfaitement raison. Nous sommes biologiquement construits pour apprendre. Le cerveau a la chance incroyable de pouvoir tester son environnement pendant qu’il est assez malléable pour s’adapter. Cette souplesse cérébrale nous permet de cartographier le monde en temps réel et de s’ajuster aux circonstances sur-le-champ.

Savoir détecter les opportunités et dangers et s’adapter en conséquence, n’est-ce pas la meilleure définition d’un-e apprenant-e top niveau?