Tag Archives: gestion

3 raisons pourquoi l’apprentissage est essentiel au leadership

learning is the key to leadership

Si vous avez déjà lu des livres ou assisté à des conférences sur le leadership, le sujet de l’apprentissage a dû sûrement occuper une part importante de la discussion, n’est-ce pas ? C’est toujours le cas.

« Leadership et apprentissage sont indissociables », comme le disait John F. Kennedy.

Mais si je vous demandais pourquoi l’apprentissage est essentiel au leadership, sauriez-vous me donner une réponse claire ?

Pas facile, n’est-ce pas ?

Voici ma réponse en trois points :

Les leaders doivent être des apprenants, car le leadership consiste à

  1. se changer soi-même
  2. changer les autres
  3. changer le monde

Le but du leadership, c’est donc le changement ?

Exactement.

Le vrai leadership est transformationnel, ce qui signifie qu’il vise à faire grandir les gens et à changer les choses pour le mieux.

  1. Le leadership consiste à se changer soi-même

À la base, ce premier principe implique que le leadership n’est pas une question de personnalité, mais de comportement. Devenir un leader veut donc dire améliorer son comportement et vos deux sources d’apprentissage ici sont votre passé et autrui.

On apprend de son passé en développant un degré élevé de conscience de soi, en identifiant ses erreurs et en ajustant son comportement en conséquence. C’est crucial de voir ses erreurs comme des opportunités.

On apprend des autres en observant, écoutant et demandant conseil. Les bons leaders regardent et écoutent plus qu’ils ne parlent. Comment pouvez-vous inspirer les gens si vous ne comprenez pas leurs besoins et motivation ?

  1. Le leadership consiste à changer les autres

Comme l’homme d’affaires américain H. Firestone l’a bien dit, « la croissance et le développement des personnes est la plus grande mission du leadership ».

Les bons leaders motivent donc les gens à apprendre et à aller au-delà de leur zone de confort. Le meilleur moyen d’y arriver, c’est d’enseigner par l’exemple et de servir de modèle. Au final, votre objectif en tant que leader est de produire plus de leaders.

  1. Le leadership consiste à changer le monde

« L’innovation, c’est ce qui distingue le leader du suiveur », pour reprendre les paroles célèbres de Steve Jobs. Alors, si vous n’avez pas de vision pour améliorer les choses, vous n’êtes pas un leader.

Mais avant de bousculer l’ordre établi et transformer votre organisation, il faut d’abord être un apprenant efficace. Il faut devenir le « changement qu’on veut voir dans le monde ».

En bout de ligne, les grands leaders n’ont pas d’autre choix que d’être des apprenants top niveau et ces derniers sont bien placés pour devenir de grands leaders.

Le leadership n’est pas un résultat, mais un processus ; c’est pourquoi l’apprentissage en est une partie intégrante.

Les 5 types de travailleurs du savoir (ou 5 rapports au savoir)

qui sont les travailleurs du savoir

Quel est le but de mon blog? Aider les travailleurs du savoir à devenir des apprenants top niveau.

Notre environnement change tellement rapidement que connaître (statique) est devenu moins important que la capacité de connaître rapidement (dynamique).

Mais avant de voir le comment, réglons la question du quoi. Qu’est-ce qu’un travailleur du savoir?

Voici la définition du célèbre Peter Drucker: « Quelqu’un qui en connait plus sur son travail que tout autre dans son organisation.»

Perspicace, mais un peu vague.

Une bonne façon de saisir ce qui caractérise ces travailleurs est d’inspecter leur rapport au savoir. Selon l’expert en gestion des connaissances Tom Davenport, les travailleurs du savoir traitent le savoir de cinq façons différentes.

Ils peuvent:

  1. le créer
  2. le trouver
  3. l’assembler
  4. le distribuer
  5. l’appliquer

Les créateurs de savoir sont les catalyseurs de tout travail du savoir. Plus que les quatre autres types, le travail de création se passe dans le cerveau du travailleur. Par exemple, les chercheurs, auteurs et inventeurs.

Les chercheurs de savoir sont experts pour trouver rapidement la bonne information pour d’autres utilisateurs. Par exemple, les bibliothécaires, analystes du renseignement et chasseurs de têtes.

Les rassembleurs de savoir regroupent les connaissances générées par les créateurs. Leur premier but est de rendre la tâche des autres travailleurs du savoir plus efficace. Par exemple, les éditeurs, programmateurs et designers.

Les distributeurs de savoir transmettent des connaissances ou créent des systèmes et procédés pour en améliorer l’accès. Par exemple, les enseignants, journalistes et gestionnaires.

Les praticiens du savoir se situent à la fin de la chaîne de la connaissance. Leur travail est d’utiliser et réutiliser le savoir pour accomplir des objectifs précis. Par exemple, les médecins, comptables et avocats.

Avant de trouver des stratégies pour améliorer votre performance et devenir un-e apprenant-e top niveau, vous devriez d’abord clarifier le rapport que vous avez avec le savoir dans votre emploi.

Alors, quel type de travailleur du savoir êtes-vous?