Tag Archives: enfance

Pourquoi les récompenses peuvent nuire à l’apprentissage

les enfants et les récompenses

Je veux que mes enfants deviennent des apprenants top niveau. Je les fais donc jouer à des jeux créatifs, pratiquer des langues étrangères et réfléchir avec des activités cognitives.

Et pour obtenir leur pleine participation, j’utilise le pouvoir magique des récompenses. J’ai commencé avec des beaux petits autocollants, ensuite je suis allé vers un système de jetons, mais maintenant je donne de l’argent sonnant et trébuchant.

Est-ce que ça donne des résultats? Vous pouvez être sûr que oui! Ils en sont accros. Skinner a visé en plein dans le mil. Les récompenses sont de puissants renforcements; ils augmentent vraiment la fréquence d’un comportement.

Alors, où est le problème?

Il s’avère que les récompenses externes affaiblissent l’autonomie et la motivation intrinsèque, qui sont le saint graal de l’apprentissage continu. Selon la théorie de l’auto-détermination, pour qu’ils persistent dans leur apprentissage, les gens doivent se sentir en contrôle; ils vont aussi mieux performer dans ce qu’ils ont choisi de faire. Les récompenses ont l’effet contraire; ils signalent à l’apprenant-e que quelqu’un veut qu’il/elle fasse quelque chose.

Par exemple, plusieurs études ont montré que lorsqu’on donne à des gens une récompense pour une activité à un moment donné, ils seront moins portés par la suite à choisir cette activité par rapport à d’autres options, et quand ils la choisissent, ils ne persévèrent pas très longtemps.

En effet, c’est ce que je constate chez mes enfants. Quand j’arrête de les payer, pardon, de les récompenser pour leurs efforts, ils se demandent ce qui se passe et ensuite, ils ne vont pas se tourner instinctivement vers les casse-têtes et jeux de mémoire.

Alors, quelle est la solution?

D’abord, ne laissez pas tomber les récompenses. Des incitatifs comme des notes ou compétitions motivent énormément et apportent une précieuse rétroaction. Ce qu’il faut faire, c’est de s’assurer que l’apprentissage se poursuive une fois l’examen, le concours ou la prime passé.

Comment y arriver?

Il faut stimuler l’autonomie et le sentiment de compétence de l’apprenant. Par exemple, concentrez-vous sur son plaisir de réussir au lieu du vôtre, diminuez la supervision et offrez autant de choix que possible (où, quand et quelle activité à faire).

Vous voulez former des apprenant-e-s top niveau et attiser vraiment leur désir d’apprendre? Donnez-leur votre passion, pas des récompenses.

L’origine de l’apprentissage

apprentissage dans évolution humaine

“On est ici pour apprendre”. Voilà ce qu’un de mes amis lance quand il fait une rechute et commet une gaffe qui sent l’alcool (ne vous inquiétez pas; il ne lit pas ce blog).

Cette remarque m’a toujours intrigué. Qu’est-ce qu’on doit apprendre au juste et dans quel but? Mais quand on s’y arrête, son affirmation recèle une autre signification. Peut-être qu’il veut dire qu’apprendre est un but en soi, qu’on vient au monde pour apprendre.

Selon plusieurs neurologues, une telle conception colle exactement à la réalité. Le cerveau humain nous arrive avec un degré de flexibilité qui pousse à l’apprentissage.

Tout être vivant suit son code génétique. Par exemple, les papillons de nuit sont attirés par les flammes parce qu’ils sont programmés pour se déplacer à la lumière de la lune; ils sont incapables de changer selon leur expérience.

Mais quelques espèces sont arrivées à se détacher de leur programmation et à se fier leur expérience pour survivre et se reproduire. On peut dire que l’apprentissage est né le jour où un organisme est parvenu à passer outre les instructions instinctives de son ADN afin de réagir à son environnement à pied levé.

Comment les humains sont-ils devenus des apprenants experts?

Essentiellement en naissant prématurément, avant que leur cerveau ne soit prêt. Comme l’explique le docteur Medina, si le cerveau complétait son développement à l’intérieur du ventre maternel comme prévu, la tête du bébé serait trop grosse.

Donc, on est une espèce d’apprenants top niveau parce nos neurones, au lieu de ralentir, continuent de se multiplier follement après la naissance. Saviez-vous que le cerveau d’un enfant de trois ans est deux fois plus actif que celui d’un adulte normal?

Tout compte fait, mon copain a parfaitement raison. Nous sommes biologiquement construits pour apprendre. Le cerveau a la chance incroyable de pouvoir tester son environnement pendant qu’il est assez malléable pour s’adapter. Cette souplesse cérébrale nous permet de cartographier le monde en temps réel et de s’ajuster aux circonstances sur-le-champ.

Savoir détecter les opportunités et dangers et s’adapter en conséquence, n’est-ce pas la meilleure définition d’un-e apprenant-e top niveau?