Les deux façons (presqu’opposées) d’apprendre: système 1 et système 2

duo processeur cognitif

Dans mes derniers articles, j’ai insisté sur l’importance de la réflexion profonde. J’ai même indiqué que l’apprentissage top niveau était impossible sans une bonne dose de réflexion.

Eh bien, c’est pas tout à fait exact.

Dans certains cas, réfléchir peut nuire à l’apprentissage. Le populaire Malcolm Gladwell a même écrit tout un livre (La force de l’intuition) pour montrer que la pensée délibérée réduit souvent la performance.

Vraiment? Comment est-ce possible?

C’est parce que les humains ont deux mécanismes d’apprentissage distincts, appelés système 1 et système 2. En fait, cette idée de double processus s’applique à plusieurs fonctions cognitives, tels que la mémoire, l’attention, la cognition sociale, le raisonnement et la prise de décision.

En passant, l’éminent psychologue Daniel Kahneman a gagné le prix Nobel d’économie pour ses recherches sur le sujet, qu’il a résumées dans Système 1 / Système 2 : Les deux vitesses de la pensée.

Le système 1 est rapide, automatique, intuitif et subconscient. Il s’agit d’un vieux système qui se situe dans le système limbique et qui existe chez tous les animaux. Grâce à celui-ci, les bébés apprennent leur langue, vous perfectionnez vos mouvements en jouant un sport ou un instrument de musique et vous mettez à jour la carte de votre ville sans vous en rendre compte.

Le système 2, d’un autre côté, est lent, laborieux, logique et conscient. Il se trouve dans le cortex préfrontal et vous permet, par exemple, d’apprendre des langues étrangères, de changer de comportement et d’opérer une nouvelle machine.

Évidemment, nous sommes fiers du système 2, qui a donné naissance à notre culture, connaissance et expertise. En comparaison, le système 1 nous parait primitif et vulnérable aux erreurs.

Mais balayer de côté le système 1 comme je l’ai fait jusqu’ici dans mon blog est une erreur. Ce système est alerte, puissant et généralement fiable. Contrairement au système 2, il peut traiter une tonne d’informations en même temps.

Plusieurs études ont montré que les experts se fient davantage à la reconnaissance des formes (pattern recognition) (S1) qu’à l’analyse (S2) pour résoudre des problèmes courants. Ce système explique pourquoi les médecins expérimentés, les maîtres d’échecs et les grands joueurs de football sont si rapides à repérer la meilleure solution et c’est aussi pourquoi la performance des musiciens et athlètes diminuent dès qu’ils commencent à réfléchir à celle-ci.

Dans certains domaines, les apprenants top niveau doivent dépasser l’apprentissage académique et transformer leurs habilités analytiques du système 2 en expertise intuitive du système 1.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *